www.chouvy-geography.com

Agriculture

Hashish Revival in Morocco

Pierre-Arnaud Chouvy and Kenza Afsahi / 2014 / International Journal of Drug Policy.

In the past decade cannabis cultivation underwent radical changes that could explain the discrepancy between official Moroccan cultivation and production data on the one hand, and international seizures on the other hand. The “traditional” kif cannabis variety is being rapidly replaced by hybrids with much larger resin yields and much higher potency. This unnoticed phenomenon, which slowly started in the early 2000s, explains how a two-third decline in cannabis cultivation was at least partially compensated for by three to fivefold yield increases.

L’opium afghan: vingt ans de suprématie mondiale

Pierre-Arnaud Chouvy / 2013 / Drogues, enjeux internationaux.

Au moment où les troupes de l’OTAN préparent leur départ d’Afghanistan, prévu pour la fin de l’année 2014, le cinquième numéro de Drogues, enjeux internationaux est consacré à un état des lieux de la situation des opiacés dans ce pays. L’Afghanistan est en effet devenu en l’espace d’une trentaine d’années le premier producteur illicite d’opium au monde, mais aussi
probablement le premier producteur mondial d’une héroïne destinée pour une bonne part au
marché européen. La situation en Afghanistan, au-delà du « grand jeu » stratégique et sécuritaire des grandes puissances au cœur de la région disputée de l’Asie centrale, concerne
donc directement l’Europe, car l’héroïne demeure la substance illicite la plus problématique
en matière de santé publique.

Drug Production and Trade

Pierre-Arnaud Chouvy / 2003 / Encyclopedia of World Environmental History.

Since the first drugs – psychoactive substances that alter states of consciousness or increase metabolic performance – were found in the plant world, humans have interacted with plants from which drugs are derived in countless relationships between plants and society and between nature and culture.

Yaa Baa: Production, trafic et consommation de méthamphétamine en Asie du Sud-Est continentale

Pierre-Arnaud Chiucy & Joël Meissonnier / 2002 / Irasec.

Yaa baa, "le médicament qui rend fou". En Thaïlande le surnom de la méthamphétamine sonne comme un avertissement, mais il n'a pas dissuadé des centaines de milliers de Thaïlandais, jeunes pour la plupart, de s'y adonner avec plus ou moins de retenue. "Drogue de travail" ou "drogue de loisir", il s'agit d'un véritable phénomène de société qui n'est pas étranger aux évolutions économiques et aux mutations culturelles qu'à connu le royaume au cours de ces dernières décennies. Ce livre s'efforce de donner des explications à un engouement qui touche également d'autres pays de la région. Il replace la consommation de méthamphétamine dans les logiques du narcotrafic dont les ressorts sont à rechercher aux marges orientales de la Birmanie, en plein cœur du Triangle d'Or.

Opium. Uncovering the politics of the poppy

Pierre-Arnaud Chouvy / 2010 /Harvard University Press.

The book sets out to expose the politics of opium. In particular it explores the world’s two major regions for illicit production of opium and heroin – the Golden Triangle of Burma, Laos and Thailand and the Golden Crescent of Afghanistan, Iran and Pakistan. These remote mountainous regions of Southeast and Southwest Asia produce more than 90 per cent of the world’s illicit opium. The book reveals how, when and why illicit opium production emerged and what sustains it. The text exposes the real drivers of the modern day trade in opium and shows why a century of international effort, and forty years of a US-led war on drugs, have failed to eradicate it.

Insécurité alimentaire et production illicite d’opium en Asie

Pierre-Arnaud Chouvy / 2010 / Annales de géographie.

La production illicite d’opium en Asie a longtemps bénéficié des synergies qui existaient entre économie de guerre et économie des drogues illicites. Que ce soit en Birmanie, en transition entre guerre et paix, ou en Afghanistan, où l’insécurité va croissant depuis 2005, la production illicite d’opium n’apparaît plus comme étant motivée par le financement des parties en conflit mais plutôt par l’insuffisance et l’insécurité alimentaires auxquelles les populations doivent faire face. En effet, en dépit des grandes différences qui existent entre les contextes afghan, birman et laotien de production d’opium, les études menées lors des années 2000 montrent que ce sont l’insuffisance et l’insécurité alimentaires qui expliquent en grande partie le recours à la production illicite d’opium. En fin de compte, la production illicite d’opium doit moins son succès à sa rentabilité, qui est faible, qu’au fait qu’elle permet de dépasser en partie certaines des limites structurelles et conjoncturelles des systèmes de production agricoles concernés.

www.chouvy-geography.com